Sabine De Knop

Enseignement des langues étrangères - Langue et littérature allemandes - Linguistique appliquée - Linguistique appliquée - Linguistique comparée - Linguistique générale - Philologie germanique - Sociolinguistique - Syntaxe


Université Saint-Louis - Bruxelles
Boulevard du Jardin botanique, 43
B-1000 Bruxelles
Belgique

E-mail : sabine.deknop@t-online.de

Recherches principales

Les constructions pléonastiques comme expressions d'intensification

Le projet se penche sur des constructions pléonastiques qui expriment une intensification. Il traite plus spécifiquement de constructions avec des adverbes pléonastiques (Olsen 1996), comme "Die Mutter setzt das Kind auf das Pferd drauf" ('La mère met l'enfant sur le cheval dessus'), et des constructions avec des sous-groupes prépositionnels introduits avec la préposition "bis" et d'autres adverbes directionnels pléonastiques, tels que "Er wird dich lieben bis in den Tod hinein" ('Il vous aimera jusque dans la mort dedans'). Les deux constructions sont décrites dans le modèle des grammaires de constructions de Goldberg (1995 et 2006).

Collaborations

Application des Grammaires de Construction(s) l'apprentissage des langues germaniques

Le concept de Grammaire de Construction(s) (CxG)


réfère à un ensemble de théories grammaticales dans lesquelles les constructions constituent les unités de base. Ces constructions sont définies comme des paires de sens et de syntaxe qui peuvent avoir différents degrés d'abstraction. Ce qui caractérise toutes les approches des Grammaires de Construction(s) est le rejet radical du principe de structure phrastique selon lequel certaines classes formelles (telles que V, N, A,etc.) peuvent être assemblées selon des règles générales, abstraites et formelles pour former des syntagmes: chaque construction du mot à la phrase est considérée comme étant une unité symbolique autonome caractérisée par des règles propres tant au niveau formel qu'au niveau du contenu (Fillmore (1988),Croft (2001), Goldberg (1995 et 2006)). Cette approche permet de développer des stratégies d'enseignement pour un apprentissage plus facile des langues étrangères, surtout quand ces langues appartiennent à des catégories


typologiques différentes de la langue maternelle des apprenants.

Personnes impliquées

Gallez Françoise.

Collaborations

Les locutions à verbes support dans les langues germaniques

Le terme allemand « Funktionsverbgefüge » (FVG) désigne un type de locutions constituées d’un groupe nominal (avec ou sans préposition) et d’un verbe « fonctionnel », qui a perdu son rôle lexical et ne sert plus que de support. Dans ces locutions, très fréquentes dans les langues germaniques, les composants nominaux et verbaux forment une seule unité sémantique. Exemples en allemand zur Entscheidung kommen, in Verbindung setzen, en anglais to make a decision, to take a look et en néerlandais in aanmerking komen, ter beschikking staan. Ces expressions figées permettent, entre autres, de remplir un vide lexical, de mettre certaines tournures au passif et, surtout, de décrire « l’aspect » du processus indiqué par le verbe (causatif, duratif, inchoatif).


Ces locutions à verbe fonctionnel représentent un domaine de recherche avec de nombreuses facettes et questionnements, tant au niveau de leur définition et délimitation (par rapport aux collocations), mais aussi au niveau de la typologie de leurs composants (préposition, déterminant, verbe fonctionnel, composant nominal). Ensuite, une grande partie de ces constructions coexistent avec un verbe simple qui dérive du même radical que leur substantif. La question se pose donc de savoir dans quelle mesure la valeur sémantique des deux variantes est identique. En outre, ces locutions représentent également un défi de taille pour les apprenants des différentes langues germaniques. Elles sont en effet constituées de verbes fonctionnels très spécifiques, comme les verbes allemands stehen, setzen, versetzen, qu’il convient de pouvoir distinguer. Par ailleurs, la formation et l’usage de ces locutions verbales diffèrent aussi fortement dans les différentes langues germaniques, raison pour laquelle une analyse contrastive entre ces langues se révèle très intéressante.

Personnes impliquées

Hermann Manon.

Collaborations

Les expressions de mouvement sans verbes en allemand. Description typologique et contrastive

Depuis la distinction faite par Talmy (2000) entre langues à orientation verbale et langues qui privilégient les satellites, càd. des particules ou prépositions, pour exprimer les déplacement, il est clair que l'allemand peut être définie comme langue à satellites. Il n'est donc pas étonnant de constater que l'allemand privilégie des expressions de mouvement sans verbes pour exprimer le déplacement, comme par exemple:





(1) Ab ins Bett ! (lit. ‘en avant au lit!’)


(2) Rauf auf den Berg! (lit. ‘Dessus sur la montagne!’)


(3) Hinein ins Vergnügen! (lit. ‘A l'intérieur dans les plaisirs’).





Ces constructions allemandes consistent en général en un adverbe accompagné de locutions avec préposition. Avec une collection d'exemples issus des corpus oraux de la banque de données DGD de l'IDS Mannheim et d'exemples de bandes dessinées dans différentes langues (Hergé 1947, 1998, 1999; Jacobs 1980, 1991, 1993), l'étude décrit d'abord les restrictions sémantiques, syntaxiques, morpho-syntaxiques (cas allemands) et pragmatiques (potentiel illocutionnaire) des exemples à partir des études de Jacobs (2008), Müller (2010) et Wilder (2008). Le modèle utilisé est celui des grammaires de constructions de Goldberg (1995 et 2006).


Dans une perspective typologique, les expressions allemandes peuvent poser des difficultés d'apprentissage aux apprenants francophones ou italophones, ces deux langues privilégiant des verbes pour l'expression du mouvement.

Collaborations

Les constructions causales entre les grammaires de construction(s) et la phraséologie

Une caractéristique définitoire des constructions dans le sens de Goldberg (1995 et 2006)est la non-compositionnalité des structures. Cette propriété caractérise également les constructions causales avec des adjectifs de couleur, par ex.(1) Fr. Je suis rouge de colère, (2) All. Er ist grün vor Neid (lit. 'Il est vert de jalousie'), (3) It. Sono nero di rabbia (lit. 'Je suis noir de colère'). Bien que cette construction soit productive dans différentes langues,elle est fixe et spécifique aux différentes langues. L'étude de ces exemples nous permet de débattre de questionnements à la frontière entre les grammaires de constructions et la phraséologie: i) les termes de couleur sont associés à des valeurs positives ou négatives quand ils sont utilisés dans des structures spécifiques. Une couleur telle que le rouge (voir ex. 1) n'exprime pas de valeur négative. Cette association est-elle déjà lexicalisée? ii) Une propriété des construtions est leur caractère polysémique, càd. que les différentes constructions (voir exemples cités ci-dessus) sont reliés sémantiquement grâce à des relations dites d'héritage (angl. 'inheritance links'). La hiérarchie entre ces différentes relations peut-elle être une indication de leur structure phraséologique et de leur statut bien ancré dans une langue? L'exemple, (4) Fr. Il est bleu de linguistique (lit. 'He is blue of linguistics = 'He is crazy about linguistics'), semble être bien plus idiomatique que les exemples (1)-(3). iii) Le degré de lexicalisation des constructions avec des termes de couleurs est étudié dans différents groupes linguistiques.

Collaborations

La famille des constructions allemandes avec un datif

La thématique de cette étude porte sur le datif, cas morpho-syntaxique allemand et l'objet au datif. Traditionnellement, le datif et le complément au datif ont été analysés dans le cadre de théories projectionnistes, mais les résultats de ces études varient selon les chercheurs (voir entre autres Wegener 1985, Schmidt 1988, Schöfer 1992). Une des difficultés dans la description des différents compléments au datif résulte du fait qu'une seule et même structure peut exprimer des sens très différents. En allemand, des structures avec un 'datif libre', càd. un groupe nominal au datif qui ne fait pas partie de la valence du verbe, ont la même structure que des constructions avec un objet prototypique au datif qui fait partie intégrante de la valence du verbe en tant qu'argument de ce verbe. Dans notre étude, nous montrons que la définition des constructions par Goldberg(1995 and 2006)et son concept des rôles sémantiques


permet de décrire la variété de structures avec un objet au datif comme famille des constructions avec un datif. L'allemand étant une langue morphologique complexe, nous démontrons également dans notre étude que le modèle des grammaires de construction(s) ne peut faire abstraction des propriétés valencielles des verbes utilisés dans ces constructions (cf. Herbst 2011 et Stefanowitsch 2011).

Personnes impliquées

Mollica Fabio.

Collaborations

Description constructionniste de la métaphore conceptuelle et linguistique

Depuis la publication de l'ouvrage « Metaphors We Live By » par Lakoff & Johnson en 1980, le caractère central de la métaphore conceptuelle est bien établi. Depuis, de nombreux chercheurs ont travaillé sur la métaphore en analysant les domaines conceptuels de source et de cible et la réalisation linguistique de ces métaphores conceptuelles. Très peu de chercheurs se sont penchés sur la question du rôle de la construction dans laquelle la métaphore apparaît. Le projet adopte une perspective constructionniste pour décrire les métaphores linguistiques. Une série de critères pertinents, comme le caractère prédicatif ou non des exemples, le concept d'autonomie des éléments constitutifs de la prédication, viennent compléter le descriptif des métaphores à partir du modèle de la théorie de la métaphore conceptuelle.

Personnes impliquées

Baicchi Annalisa.

Collaborations

Les grammaires de construction(s) dans les langues germaniques et romanes: approches théoriques et appliquées

Le concept de 'Grammaire de Construction(s)' (CxG) réfère à un ensemble de théories grammaticales dans lesquelles les 'constructions' constituent les unités de base. Les Grammaires de Construction(s) ont trouvé leur origine et se sont surtout développées dans le milieu scientifique anglo-saxon ? citons ici entre autres les publications de Charles Fillmore (1988), William Croft (2001), Adele Goldberg (1995 et 2006) et Michael Tomasello (2003). Dans le monde germanophone, citons les publications de Fischer et Stefanowitsch (2006) et de Stefanowitsch et Fischer (2008) qui ont favorisé une certaine diffusion de ces théories. Ce qui caractérise toutes les approches des Grammaires de Construction(s) est le rejet radical du principe de structure phrastique selon lequel certaines classes formelles (telles que V, N, A, etc.) peuvent être assemblées selon des règles générales, abstraites et formelles pour former des syntagmes: chaque construction, du mot àla phrase, est considérée comme étant une unité symbolique autonome caractérisée par des règles propres tant au niveau formel qu'au niveau du contenu.





Thèmes spécifiques :


- Les constructions causales avec un adjectif : approche typologique et didactique


- Les constructions causales entre les grammaires de construction(s) et la phraséologie


- La famille des constructions allemandes avec un datif


- La grande famille des constructions, le constructicon.

Personnes impliquées

Mollica Fabio, Kuhn Julia.

Collaborations
Publications principales issues de cette recherche
De Knop, Sabine. A socio-linguistic analysis of the German alternation between 'bis an' and 'bis zu' constructions. In : Monika Reif, Justyna A. Robinson & Martin Pütz (eds.). Variation in Language and Language Use: Linguistic, Socio-Cultural and Cognitive Perspectives. Frankfurt, Peter Lang, 2012, pp. 348-369 (Series: Duisburger Arbeiten zur Sprach- und Kulturwissenschaft/Duisburg Papers on Research in Language and Culture” (DASK)).

Les expressions de mouvement et de position dans les langues germaniques

Ce projet a pour objectif d'explorer les expressions de mouvement et de position dans différentes perspectives et d'après des théories linguistiques très différentes (typologie linguistique, linguistique cognitive, linguistique générative). Ce projet s'intéresse aux marques d'horizontalité, de verticalité et de mouvement en général et aux structures de lexicalisation dans les langues germaniques en particulier.Le champ de recherche est étendu aux éléments morphosyntaxiques dans les phrases, tels les prédicats locationnels, les marques d'aspect, les auxiliaires, les classificateurs, les marques de cas,... Il propose une approche interlinguistique et contrastive. D'un point de vue de la conceptualisation, il examine les relations entre les concepts de position et de mouvement et leurs expressions.


Participation àdes colloques:1) Le 23.1.2008 au Centre for Research on Language & Education (CREOLE) de la Graduate School of Education of the University of Bristol (GB), "Conceptualisation and the teaching of motion and location in French, German and English";2) Du 24-29.8.2008 au colloque "Multilingualism: Challenges and Opportunities" de AILA àEssen (D), "Conceptualisation and the teaching of German abstract motion expressions and their case-marking";3) 24 octobre 2008:Organisation avec Julien Perrez, Sylvie De Cock et Françoise Gallez du colloque "Expressions of posture and motion in Germanic languages" aux FUSL, avec John Newman (University of Alberta, Canada), Maarten Lemmens (Université de Lille III), Per Durst-Andersen (Copenhagen Business School) et Marcel Den Dikken (CUNY New York) (site : www.fusl.ac.be/linguistics) et présentation d'une communication:The conceptualisation of motion and location in French, German and English: Lexical, morpho-syntactic and figurative challenges.4) Le 28 octobre 2009, séminaire de recherche organisé par J. Perrez, S. De Knop et F. Gallez : « Approche contrastive des verbes de position et de mouvement en français, néerlandais, allemand et latin », Facultés universitaires Saint-Louis àBruxelles.Invitation des chercheurs Lene Schössler et Xavier Lepetit de l'Université de Copenhague. Présentation : « Les constructions allemandes avec la préposition spatiale bis ('jusque').5) Les 17 et 18 sept. 2010, "A Germanic Sandwich 2010: Dutch between English and German, A comparative linguistic conference", àl'Université d'Oldenburg (Allemagne).Présentation: (avec Julien Perrez) 'On the use of the Dutch posture verbs 'staan', 'liggen' and 'zitten' by German- and French-speaking learners of Dutch'.(http://www.niederlandistik.uni-oldenburg.de/germanicsandwich2010/)6) 11-17.7.2011: Participation dans le groupe de travail "Spatial Cognition in Talmy's Cognitive Semantics", organisé par Thomas Li lors de la Conférence Internationale de Linguistique Cognitive (ICLC 11) àl'Université de Xi'an en Chine. Présentation d'une communication: 'Manner of motion: A privileged dimension of German expressions' (avec F. Gallez).7)De Knop, Sabine: 3-5 Juin 2015, Thinking, Doing, Learning, TDL2: Usage-based Perspectives on Second Language Learning, in Groningen.Présentation: The conceptual and semantic variation of placement verbs in German: Typological and pedagogical challenges.

Personnes impliquées

Perrez Julien, Gallez Françoise.

Collaborations
Publications principales issues de cette recherche

Fostering Language Teaching Efficiency through Cognitive Linguistics

Le but du projet est de présenter "ce qui" doit être enseigné"(thèmes importants) et "comment" (méthodologie)dans une perpective cognitive. Par ce biais, le projet vise à contribuer à l'intégration de la grammaire et du vocabulaire en pédagogie du langage. Cette recherche se base sur la synthèse en linguistique cognitive de ce continuum. Apprendre une langue étrangère est un processus complexe qui consiste à maîtriser simultanément le vocabulaire mais aussi les constructions grammaticales de cette langue. 10 au 13 mars 2008: 33rd International LAUD Symposium à l'Université de Koblenz-Landau, thème : « Cognitive Approaches to Second/Foreign Language Processing: Theory and Pedagogy. Communication: A cognitive linguistic approach to pedagogical grammar: Current results and future directions. Publication en 2010: Sabine De Knop, Frank Boers et Antoon De Rycker (eds.), "Fostering Language Teaching Efficiency through CL." Series: Applications in Cognitive Linguistics 17. Berlin/New York: de Gruyter Mouton.

Personnes impliquées

Boers Frank, De Rycker Antoon.

Collaborations
Publications principales issues de cette recherche

Approches cognitives de la Grammaire pédagogique

Dans une perspective cognitive, définition et description des grands questionnements autour d'une grammaire pédagogique pour un apprentissage plus efficace des langues étrangères.


Participation à des congrès: 10-13 mars 2008: organisation du 33rd International LAUD Symposium à l'Université de Koblenz-Landau, thème : «Cognitive Approaches to Second/Foreign Language Processing: Theory and Pedagogy. Communication: "A cognitive linguistic approach to pedagogical grammar: Current results and future directions".

Personnes impliquées

De Rycker Teun.

Collaborations
Publications principales issues de cette recherche

Sociolinguistique cognitive: La variation linguistique dans sa dimension structurelle, conceptuelle et culturelle

Au sein de la Linguistique Cognitive et d'autres approches du langage à orientation cognitive on voit émerger un intérêt de plus en plus important pour la variation linguistique dans toutes ses dimensions, tel que le prouve toute une série de publications comme l'ouvrage collectif "Cognitive Sociolinguistics" (2008), édité par Gitte Kristiansen et René Dirven. Ces dernières décennies, les analyses linguistiques portaient essentiellement sur un language général et uniforme qui ne tient pas compte des structures complexes et riches de la variation intralinguistique et communicative du langage.La recherche en sociolinguistique cognitive tente de remédier àce déficit tout en combinant le cadre théorique de la linguistique cognitive avec les méthodes empiriques en sociolinguistique." (Martin Pütz) Colloque dans le cadre de cette recherche: Du 15 au 18 Mars 2010, 34th International LAUD Symposium: "Cognitive Sociolinguistics: Language variation in its structural, conceptual and cultural dimensions", à l'Université de Koblenz-Landau (Landau Campus). Présentation:"A socio-linguistic analysis of the German alternation between bis an and bis zu constructions." Publication issue de cette recherche: (2010)"A socio-linguistic analysis of the German alternation between bis an and bis zu constructions". In: LAUD Preprints, Series A, number 739, 29-49. Essen: LAUD. ISSN:1435-6473. (2012)"A socio-linguistic analysis of the German alternation between bis an and bis zu constructions". In Monika Reif, Justyna A. Robinson & Martin Pütz (eds.), Variation in Language and Language Use: Linguistic, Socio-Cultural and Cognitive Perspectives, 348-369. Series: Duisburger Arbeiten zur Sprach- und Kulturwissenschaft/Duisburg Papers on Research in Language and Culture" (DASK). Frankfurt: Peter Lang.

Personnes impliquées

Reif Monika, Robinson Justyna.

Collaborations
Université de Koblenz-Landau, Allemagne.
Publications principales issues de cette recherche

Thèse de doctorat. Eine konstruktionelle Untersuchung


deutscher Motion-Konstruktionen mit Partikelverben und deren Alternativen mit Präpositionalphrasen - DURCH-, EIN- und WEG-Konstruktionen im Vergleich

Cette recherche doctorale se penche sur des constructions allemandes exprimant un déplacement, difficilement traduisibles en français. Ces constructions sont typiques et extrêmement productives en allemand. S’appuyant sur les cadres théoriques des grammaires de Construction(s) (Goldberg 1995, 2006) et de la typologie de Talmy (1985, 2000), ce travail vise à décrire les constructions incluant les prépositions et préverbes durch-, ein- et weg- et à dégager les régularités dans leur usage en allemand contemporain et les contraintes à leur productivité. Sur la base d’une analyse des corpus de l’Institut für Deutsche Sprache (IDS) de Mannheim, de nombreux exemples sont recensés et regroupés selon les contraintes d’ordre sémantique et/ou syntaxique qui régissent leur emploi en allemand.

Collaborations

Thèse de doctorat. Analyse contrastive allemand-néerlandais : les locutions verbales avec des verbes de localisation

Analyse approfondie d'un type de constructions très fréquentes en allemand et en néerlandais. Il s'agit de constructions verbales dans lesquelles le substantif porte le sens principal et le verbe a perdu son rôle lexical et ne sert plus que de support. Exemple : mettre quelque chose en mouvement = (all.) etwas in Bewegung setzen ; (nl.) iets in beweging zetten. Dans le cadre de ce projet, seules les locutions comprenant des verbes fonctionnels de position et leur version causative, les verbes de placement seront analysées. Les constructions verbales constituées sur la base de chacun de ces verbes seront examinées dans leur langue respective ainsi que classées selon différents critères et les résultats obtenus pour les deux langues seront finalement comparés et analysés.

Collaborations

Voir aussi Séminaire des Sciences du Langage (SeSLa).